11 stages of love in arabic.

oriental-sunrise:

1. الْهَوَى (hawa) = Attraction

The beginning of love. This love can arise suddenly, but is transient, not yet firm in the heart.

2. الْعَلاقَةُ (‘alaqah) = Attachment

Love that becomes attached to the heart, and loses the transitory property ofhawa.

3. الْكَلَفُ (kalaf) = Infatuation

I wanted to smoke Gauloises, drink black coffee and talk about absurdity and maquillage with wicked women and doomed young men… I wasn’t interested in happiness, I was looking for the Holy Grail.

Marianne Faithfull (via odetofemininity)

I like art, and by art I mean music, poetry, sex, paintings, the human body, literature. All of this is art to me.

 Hunter Reveu (via naomilku)

- Que pensez-vous de l’art ? demanda-t-elle.
- C’est une maladie.
- L’amour ?
- Une illusion.
- La religion ?
- Un substitut élégant pour la foi.
- Vous êtes un sceptique.
- Nullement ! Le sceptique est un début de croyance.
- Qu’êtes-vous donc ?
- Définir, c’est limiter.
- Donnez-moi un fil conducteur.
- Les fils cassent. Vous vous perdriez dans le labyrinthe.

Oscar Wilde (Le portrait de Dorian Gray)

grupaok:

Lina Bo Bardi, 1957-8, São Paolo Museum of Art — behind one of her innovative glass painting stands displaying Modigliani’s Renée, 1917, from the museum’s collection.

grupaok:

Lina Bo Bardi, 1957-8, São Paolo Museum of Art — behind one of her innovative glass painting stands displaying Modigliani’s Renée, 1917, from the museum’s collection.

Lettre de Gisèle d'Estoc à Maupassant

Mon amant,

Depuis quelques jours j’ai une idée folle, une idée de printemps, une idée d’amour. Aller nous aimer quelque part, en pleine nature.

Te souviens-tu de cette véritable alcôve de verdure que nous avions découverte près de Bezons, en remontant la Seine ? Au fond, j’ai toujours eu…

Songes-y bien, je t’ai infiniment aimé et je me suis montrée despotique avec toi pour combler tes désirs. Quelque chose de ce doux sentiment qui le faisait vivre en toi palpite encore dans ma poitrine, mais lorsque cela même aura disparu, qui sait si je voudrai encore te libérer, si je n’aurai pas vraiment envie d’être cruelle, impitoyable et dure envers toi, si cela ne me procurera pas un plaisir diabolique de tourmenter, de torturer et de voir mourir d’amour pour moi l’homme qui m’idolâtre tandis que je reste indifférente ou que j’en aime un autre. Songes-y bien.

La Vénus à la fourrure; Leopold Von Sacher-Masoch (via envertudelamour)