- Que pensez-vous de l’art ? demanda-t-elle.
- C’est une maladie.
- L’amour ?
- Une illusion.
- La religion ?
- Un substitut élégant pour la foi.
- Vous êtes un sceptique.
- Nullement ! Le sceptique est un début de croyance.
- Qu’êtes-vous donc ?
- Définir, c’est limiter.
- Donnez-moi un fil conducteur.
- Les fils cassent. Vous vous perdriez dans le labyrinthe.

Oscar Wilde (Le portrait de Dorian Gray)

grupaok:

Lina Bo Bardi, 1957-8, São Paolo Museum of Art — behind one of her innovative glass painting stands displaying Modigliani’s Renée, 1917, from the museum’s collection.

grupaok:

Lina Bo Bardi, 1957-8, São Paolo Museum of Art — behind one of her innovative glass painting stands displaying Modigliani’s Renée, 1917, from the museum’s collection.

Lettre de Gisèle d'Estoc à Maupassant

Mon amant,

Depuis quelques jours j’ai une idée folle, une idée de printemps, une idée d’amour. Aller nous aimer quelque part, en pleine nature.

Te souviens-tu de cette véritable alcôve de verdure que nous avions découverte près de Bezons, en remontant la Seine ? Au fond, j’ai toujours eu…

Songes-y bien, je t’ai infiniment aimé et je me suis montrée despotique avec toi pour combler tes désirs. Quelque chose de ce doux sentiment qui le faisait vivre en toi palpite encore dans ma poitrine, mais lorsque cela même aura disparu, qui sait si je voudrai encore te libérer, si je n’aurai pas vraiment envie d’être cruelle, impitoyable et dure envers toi, si cela ne me procurera pas un plaisir diabolique de tourmenter, de torturer et de voir mourir d’amour pour moi l’homme qui m’idolâtre tandis que je reste indifférente ou que j’en aime un autre. Songes-y bien.

La Vénus à la fourrure; Leopold Von Sacher-Masoch (via envertudelamour)

J’aime les gens bizarres
Les moutons noirs
Les mal-adaptés
Les mal-pris
Les solitaires
Les rejetés
Les parias
Les étranges
Les vilains canards
Les excentriques
Les rescapés
Les esseulés
Les égarés
Et les oubliés

(via jujumouton)

J’ai des bonheurs, mais jamais un bonheur complet. Je suis habité par une souffrance aiguë, confuse et profonde, qui ne me quitte jamais. […] Tout me distrait et m’entraîne, je m’éparpille. J’ai l’ambition d’une gloire future mais pas d’ambition quotidienne. Tout me lasse très vite. J’aime tout le monde et personne, la pluie et le beau temps, la ville et la campagne. Je garde au fond de l’âme la nostalgie du bien, de l’honneur et des lois dont je ne me suis jamais soucié. Quoique fâché de ma mauvaise réputation, j’ai la faiblesse d’en tirer vanité. […] Je ne m’aime pas, mais je me veux du bien.

Régine Deforge, La bicyclette bleue (via ellednorih)

poorartists:

Paige Bradley created one of the most striking sculptures I’ve seen in recent times. Her masterpiece, entitled Expansion, is a beautiful woman seeking inner piece but fractured and bleeding with light. “From the moment we are born, the world tends to have a container already built for us to fit inside: a social security number, a gender, a race, a profession,” says Bradley. “I ponder if we are more defined by the container we are in than what we are inside. Would we recognize ourselves if we could expand beyond our bodies?”

poorartists:

Paige Bradley created one of the most striking sculptures I’ve seen in recent times. Her masterpiece, entitled Expansion, is a beautiful woman seeking inner piece but fractured and bleeding with light. “From the moment we are born, the world tends to have a container already built for us to fit inside: a social security number, a gender, a race, a profession,” says Bradley. “I ponder if we are more defined by the container we are in than what we are inside. Would we recognize ourselves if we could expand beyond our bodies?”